Mange ton dessert d’abord ! Ayurveda

 

Commencer par le dessert ?!

 

dessert ayurveda gaufre
Sans fraise, c’est mieux pour l’environnement…

 

Oui ! Selon l’Ayurveda…

 

Ce week-end nous sommes allés à Bruxelles et mon Petit Loup (et moi :-)) avons voulu manger des tonnes de gaufres, glaces, chocolat… Bref, du sucré trop bon qui coule et qui colle. Comment gérer avec les repas ? Que dit l’Ayurveda sur les desserts ? Est-ce que c’est sain ? Quel est le moment idéal pour les manger et les digérer ?

 

Le but n’est pas, bien sûr, de vous convaincre (ou de vous déculpabiliser 😉 de manger sucré (surtout du « mauvais » sucre comme celui des gaufres), mais plutôt de comprendre comment l’Ayurveda envisage la digestion de la saveur douce et comment utiliser ses principes pour optimiser l’assimilation des bons nutriments et l’évacuation du reste...

 

Les 6 saveurs en Ayurveda

En diététique ayurvédique il existe 6 goûts que l’on appelle des rasa (rasa veut dire « saveur » mais aussi « émotion » ce qui suggère que l’un correspond à l’autre [1]). Voici donc ces six saveurs, listées dans l’ordre de leur digestion par l’organisme :

– Doux (sucré)
– Acide
– Salé
– Piquant
– Amer
– Astringent

Un repas équilibré contient ces 6 saveurs (ce qui n’était pas le cas de notre gaufre ou de notre cornet de frites…). En Inde il existe des comprimés d’épices pour les enfants qui contiennent les 6 saveurs, afin de s’assurer qu’ils les consomment quotidiennement [2].

Note : Tous les aliments contiennent les 6 saveurs, mais ils ont des dominantes qui permettent de les classer dans l’une ou l’autre des catégories (la patate douce et la carotte par exemple sont douces, le yaourt et les fraises sont acides, les radis et la roquette sont piquants, la grenade est astringente…)

saveurs ayurveda lyon

 

Les 3 stades de la digestion en Ayurveda

La digestion se déroule en trois phases : D’abord la phase Kapha – dominée par la saveur sucrée, puis la phase Pitta – avec la saveur acide et la phase Vata – avec la saveur amère.

plouf

Madhura Rasa, la saveur douce / sucrée en ayurveda

La saveur douce se compose des éléments eau + terre et correspond surtout aux qualités de kapha (donc lourd et froid). Nous sommes nombreux à aimer le goût sucré, le trouvant réconfortant et substantiel. Les aliments naturellement sucrés (pas le sucre raffiné) sont nourrissants, ils construisent et fortifient les tissus corporels. Ils harmonisent l’esprit et procurent un sentiment de satisfaction. Ils atténuent aussi la faim et la soif. Ils favorisent la croissance et la force, augmentent le poids du corps… Bref, ils augmentent Kapha et diminuent Vata et Pitta.

On retrouve le goût doux / neutre / sucré notamment dans les aliments suivants :

  • la plupart des légumes racines : panais, betterave, patate douce, carotte
  • les courges : le potiron etc…
  • les fruits sucrés : les dattes, abricots, poires et prunes
  • les noix et graines
  • les céréales (surtout l’avoine cuite)
  • les viandes et le poissons, les oeufs, le lait (sauf de soja)
  • les édulcorants de qualité comme le sirop d’érable, le miel, le sucre non raffiné)
  • certaines épices douces : cannelle, fenouil, cardamome, basilic…

 

Mais où sont la gaufre, la glace, le chocolat !!!! Ben… nulle part. Ce sont des sucres raffinés, des produits qui ne contiennent que des saveurs et qui n’ont aucune valeur nutritive. Ils produisent des toxines, comme nous l’avons vu dans l’article sur Ama et la production de toxines. Et quand la gaufre ou les frites sont préparées à l’avance ou surgelées, c’est encore pire… Alors on fait comment quand on veut vraiment s’empoisonner ?

dessert ayurveda
Loup et l’embarras du choix…

 

On mange le dessert en entrée !

Si vous n’avez pas envie de résister aux sirènes du sucre raffiné, pour limiter la casse, mieux vaut le manger en premier et aux heures où le feu digestif est le plus fort (au plus tôt à 10h30 au plus tard à midi) !

Au tout début du repas, le sucre sera plus facilement digéré parce que le feu digestif (agni) est encore fort. Pour savoir si votre feu digestif fonctionne bien, vous pouvez lire l’article sur Agni et le feu digestif,  ou juste regarder si vous éprouvez régulièrement la sensation de faim. Si vous n’avez pas faim,  notamment au moment où vous voulez manger votre gaufre, c’est que votre feu digestif est endormi ; dans ce cas, vous pouvez être sûr que ça fera des toxines.

Manger le dessert à la fin du repas comme on le fait en Occident n’est donc pas nécessairement une bonne idée. On le mange souvent par gourmandise, quand on n’a plus faim, ou après s’être forcé à finir notre assiette pour le « mériter ». Mais à ce moment là, le feu digestif n’est plus capable de digérer quoique ce soit…

En plus, la saveur douce bloque le processus digestif, si bien que les aliments déjà présents dans l’estomac se mettent à fermenter et produisent des toxines (ama).

 

toxine sucre ayurveda lyon

Juste une petite note pour la glace : c’est le pire des desserts, c’est non seulement sucré, mais aussi froid. Et tout ce qui est froid (pensez aussi à la température de votre boisson à table…) bloque la digestion. Si vous mangez donc un bon repas et que vous terminez sur une glace « pour digérer » (quel gourmand a inventé ce prétexte de la glace au citron qui fait digérer ?) vous bloquez tout le processus digestif. Non seulement ça fermente, mais en plus ça refroidit le feu Agni. L’idéal c’est de la manger en fin de matinée, une petite heure avant le repas. De quoi faire de vous des parents indignes 😉

 

sieste

Si vous avez un petit coup de fatigue après le repas, vous savez d’où ça vient…

 

Selon l’Ayurveda, on consomme donc le doux en début de repas. Si vous avez décidé de résister aux sirènes du sucre raffiné, vous pouvez par exemple manger un fruit 1/2 heure avant le début du repas, ou vous faire une bonne entrée de carottes, soupe de betterave, purée de patates douce… ou manger une compote, et vous passer de dessert.

 

Conséquences de l’excès de sucre…

Vous l’aurez compris, les gaufres, le chocolat, les gâteaux sont des mauvais sucres pour l’Ayurveda (et pour toute autre diététique d’ailleurs), c’est-à-dire des aliments trop transformés et trop raffinés. Ils ne trouvent pas leur place dans un régime diététique ayurvédique. Mais si vous ne pouvez pas vous en passer, vous savez maintenant comment limiter les désagréments qu’ils causent.

Nous avons vu que la saveur douce et naturelle de certains légumes ou fruits est nécessaire pour la santé et la construction du corps. Mais comme tout, il ne faut pas en abuser. Il peut rendre mou, léthargique et favoriser le contentement de soi.

Conséquences d’un abus de doux : obésité, diabète, parasites, obstruction de la circulation, inflammation oculaires, indigestion, vomissements, flatulences, léthargie, contentement de soi, congestion respiratoire et autres perturbations de type kapha. L’excès de doux forme donc des mucosités, son excès se verra surtout par des troubles de la sphère ORL et des toxines.

 

Pourquoi est-on attiré par le sucre ?

D’abord parce que l’organisme sait ce qui est bon pour lui et que la saveur douce permet la construction des tissus du corps. On est donc attiré par le doux parce qu’il est nécessaire à notre santé. Le lait maternel est de saveur douce, aimer le sucre c’est aussi pour le cerveau un signal de douceur, de sécurité et de réconfort.

Ensuite, on peut être attiré par le sucre parce que l’on a une constitution Kapha et que l’on souhaite se retrancher encore plus dans nos habitudes établies, rester dans notre doux confort. Il faudrait plutôt alors privilégier les saveurs amères, piquantes et astringentes pour se réveiller.

Ou encore, on peut manger du sucré parce que notre époque est Vata, ou que notre constitution est Vata et que l’on sent le besoin de se poser, de s’alourdir, de prendre de la consistance pour contrer l’éparpillement de nos pensées et la dispersion.

canapé kapha
Le sucre donne une sensation de confort et de sécurité

 

Pourquoi on y revient ? Quand une nourriture est bien digérée et bien assimilée elle satisfait l’organisme qui ne réclame plus rien. Pour le sucre, c’est différent : même lorsqu’il est bien digéré, l’intensité de la sensation sucrée s’affaiblit dès que la nourriture a été assimilée. On a alors envie de manger à nouveau pour retrouver la sensation de bien-être liée aux aliments. C’est encore pire si la digestion est mauvaise parce que peu d’aliments atteignent et nourrissent vraiment les tissus (agni ne sait plus faire son travail). Ces derniers envoient alors des messages au cerveau pour dire qu’ils meurent de faim ; alors on mange. Mais plus on mange, plus on affaiblit le feu digestif…

 

Le sucré et le printemps, petit cas pratique !

Pour ceux déjà familier de l’Ayurveda ou qui ont lu les articles sur la saison du printemps, voici un petit exercice pratique…

  • Quel dosha augmente quad on mange sucré ? ………………………………………
  • Quel est le dosha lié au printemps ?  ……………………………………………………….
  • A quel dosha se rapporte l’enfance ?  ………………………………………………………
  • Que se passe-t-il quand un enfant mange du sucre en excès au printemps ?…
  • Que se passe-t-il quand un adulte dont le dosha dominant est kapha, mange du sucré en excès au printemps ? ……………………………………………………………………
  • Comment faire pour contrebalancer l’effet du sucré ? ……………………………..

Petit indice avec la citation de David Frawley : « la quantité de chaque dosha produit par votre corps dépend tout d’abord de la saveur que vous consommez ».

Réponses :

  • Quel dosha est nourrit par le sucré ? Kapha
  • Quel est le dosha lié au printemps ?  Kapha
  • A quel dosha se rapporte l’enfance ?  Kapha

 

  • Que se passe-t-il quand un enfant mange du sucre en excès au printemps ? Il a de la constipation, le nez qui coule, des problèmes ORL ou se fait une crise d’asthme au lendemain du retour de Belgique… (et des toxines)

 

  • Que se passe-t-il quand un adulte dont le dosha dominant est kapha, mange du sucré en excès au printemps ? Pareil que l’enfant, sauf qu’il se fait plus de toxines parce que son corps est généralement moins fort (et qu’il gigote moins donc élimine moins 🙂
  • Comment faire pour contrebalancer l’effet du sucré ? Manger des 6 saveurs de façon équilibré et qui correspond à notre dosha. Si on a fait un excès, favoriser plutôt les saveurs amères et astringentes qui nettoient.

Bon dessert !

mandala1

 


Bibliographie :

{1] Ce n’est pas le sujet de l’article, mais le lien entre les saveurs et les « émotions » qu’elles suscitent est passionnant ! Pour l’Ayurveda chaque saveur est en effet reliée à un ou deux dosha en particulier (Vata, Pitta ou Kapha)  et il est possible de rééquilibrer notre constitution ayurvédique (prakriti) et notre humeur en jouant sur les goûts et les aliments.

[2] David Frawley, la recette une prochaine fois 🙂

 

 


4 réflexions sur “Mange ton dessert d’abord ! Ayurveda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s