Ayurveda et saisons : le début du Printemps – 1

Préparer le Printemps avec l’Ayurveda

yoga ayurveda printemps kapha

Le Printemps et le Dosha Kapha

Le Printemps est un changement de saison important pour l’Âyurveda. C’est le réveil des plantes, la sève monte dans les arbres et on a envie de passer plus de temps au soleil, de profiter de cette Nature qui s’épanouit. Mais il peut parfois être difficile de sortir de l’hibernation et on peut se sentir lourd, voire un peu ramolli… Pourquoi ?

L’Ayurveda considère que nous faisons partie de la Nature et que notre organisme obéit aux mêmes lois et suit les mêmes cycles que celle-ci. Pour rester en bonne santé, il est donc important de rester le plus proche possible de cette Nature (aussi bien au niveau d’une alimentation qui privilégie des aliments non transformés que des rythmes des saisons). En observant le monde naturel, l’Ayurveda a su déterminer quels étaient les organes et les parties du corps qui étaient le plus sollicités par le Printemps et quels étaient les moyens de soutenir notre organisme dans cette période de changement.

Le Dosha Kapha au Printemps

Au printemps, c’est le Dosha Kapha qui entre en jeu.

Le Dosha Kapha est soutenu par deux éléments : la terre et l’eau [1]. C’est un principe qui est rattaché à la matière, il est ce qui nourrit, ce qui constitue nos fondations, notre réserve ou notre potentiel d’énergie. Il donne de la densité et fabrique la masse des tissus du corps (notamment les muscles). Autrement dit, Kapha donne forme et matérialité aux objets et maintient leur intégrité. Il est le principe de préservation.

C’est dans cette logique de préservation que l’on associe Kapha à tous les liquides qui nourrissent, lubrifient et protègent. Dans l’estomac par exemple, Kapha crée une couche de mucus qui protège l’organe des acides gastriques ; il en va de même pour les sécrétions qui lubrifient les poumons, la bouche, les sinus, le cerveau et aussi les articulations (comme nous le verrons plus bas, ces lieux où se concentrent kapha seront aussi ceux où le dosha va s’accumuler en excès…).

Au niveau mental, Kapha soutient notre persévérance et notre patience.

Les qualités (guna) de Kapha sont les suivantes : onctueux, frais, lourd, humide, stable, lent, doux.

Un Dosha Kapha équilibré nous fait nous sentir fort, stable et endurant, aussi bien sur le plan physique que mental et émotionnel. Notre immunité fonctionne correctement en nous protégeant des agents pathogènes sans tomber dans les intolérances ou les allergies.

yoga ayurveda printemps kapha
Sous-bois de Jacinthes bleues dans une forêt près de Bruxelles

De l’accumulation de Kapha en hiver à l’excès de Kapha au printemps…

Le principe Kapha nous a été bien utile en hiver, c’est lui qui nous a permis d’accumuler la matière dans laquelle nous avons puisé notre énergie. Nous avons mangé un peu plus lourd et consistant pendant les grands froids, nous avons plus dormi… Notre organisme a donc fonctionné dans l’idée de faire des réserves.

Mais une fois le Printemps arrivé, ces réserves ne sont plus nécessaires ; bien au contraire, elles encombrent et alourdissent notre corps qui cherche à s’en débarrasser. Si nous n’accompagnons pas notre organisme dans ce drainage de printemps, autrement dit si on n’élimine pas l’excès de Kapha, il va s’évacuer comme il peut et commencer à se liquéfier et à s’écouler (un peu comme la fonte des glaces avec le réchauffement printanier).

Un excès de Kapha peut ainsi se manifester par :

  • un nez qui coule ou un nez bouché
  • une fragilité aux allergies printanière (sensibilité au pollen) et aux rhumes
  • une prise de poids, une digestion lente, des nausées, de la rétention d’eau
  • de la fatigue, de la lourdeur, un excès de sommeil
  • de la tristesse, de la mélancolie, voire de la lassitude ou de la dépression.

Apaiser Kapha au Printemps selon l’Ayurveda

L’élimination de l’excès de Kapha dès le début du printemps peut largement contribuer à atténuer les symptômes mentionnés ci-dessus. Étant donné que les dosha déséquilibrés expriment toujours excessivement leur qualité, pour retrouver l’équilibre, il suffit d’apporter les qualités inverses de celles du dosha en excès.

Pour réduire Kapha, il faut donc apporter du chaud, du léger, du mobile, du sec, du fluide. En attendant un article plus détaillé sur l’alimentation et les tisanes qui viendra très bientôt, voici les grandes lignes de ce que l’on peut commencer à mettre en place :

Adapter sa routine :

  • se lever de bonne heure et de manière régulière pour éviter l’excès de sommeil et d’inertie.
  • ne pas faire de sieste dans la journée, surtout après le repas (ce qui ralentit la digestion et favorise le stockage des toxines).
  • Faire un peu d’exercice matinal (une marche ou un peu de yoga – et regardez la Nature !) – voici une séance de yoga adaptée au printemps
  • Se coucher tôt (avant 22h et 2h après un dernier repas léger si possible).

Adapter son alimentation :

  • manger léger, éviter ce qui est gras, lourd riche et sucré.
  • manger chaud et éviter tous les aliments et boissons froids.
  • utiliser des plantes pour évacuer l’excès de toxines (ama)et aider à la digestion.
  • adapter sa pratique de yoga.

D’expérience, il me semble que ces conseils de routine sont à la fois les plus importants et les plus difficiles à mettre en place du fait même de la structure de Kapha qui a tendance à l’inertie. Il faut vaincre notre « paresse » et nos anciennes habitudes pour – en ce qui me concerne par exemple – éviter les desserts et se réduire à l’unique carré de chocolat très noir du déjeuner… Chacun a ses facilités et ses points faibles et pour vous ce sera peut-être autre chose qui vous semblera plus difficile à mettre en place 😉 Il faut en tout cas persévérer pour que les améliorations soient visibles (kapha est dense et lourd et peut « coller » comme de la boue…).

Si cela vous semble trop de chamboulement dans votre emploi du temps, n’essayez pas de suivre toutes les recommandations, mais choisissez celles qui vous semblent le plus facile à mettre en œuvre et surtout à tenir dans la durée. Une fois la bonne habitude acquise, vous pourrez toujours en rajouter une autre…

Prenez-soin de votre corps, il vous mènera loin !

yoga ayurveda printemps kapha
La force du Printemps à Transgardon en Cévennes.

[1] Les autres éléments sont le feu, l’air et l’éther. Le feu et l’eau constituent Pitta, tandis que l’air et l’éther forment Vata.

Bibliographie :

  • Prakriti, votre constitution ayurvédique, Dr. Robert E. Svoboda
  • La Bible de l’Ayurvéda, Anne Mc Intyre
  • Ayurveda, l’équilibre de la vie, Dr Partap Chauhan

5 réflexions sur “Ayurveda et saisons : le début du Printemps – 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s