Le feu digestif – Agni

Agni en Ayurveda

agni ayurveda yoga Lyon

Le feu digestif

La bonne santé dépend de notre bonne capacité à digérer les aliments, à absorber les nutriments et à rejeter les déchets. C’est le travail de Agni, le feu digestif. Quand il est équilibré le corps est sain, le mental clair et les toxines sont bien évacuées. Comment entretenir cet Agni, clef de notre santé, et éviter l’accumulation de toxines ?

 

Le terme Agni en sanskrit désigne le feu, la capacité à brûler, à transformer et aussi à « discriminer » – c’est-à-dire à distinguer ce qu’il faut garder de ce qu’il faut évacuer. Agni est ainsi le feu qui digère et transforme tout ce que nous absorbons en énergie, que ce soit les aliments, les sensations ou les émotions suscitées dans le corps.

Dans cet article, nous parlerons essentiellement de Agni comme le feu biologique qui gouverne le métabolisme, fait le tri entre la partie nutritive de la nourriture que nous absorbons et les déchets.

Agni digestion ayurveda

 

Pourquoi un bon Agni préserve la santé ?

Pour l’ayurvéda, tant qu’agni est équilibré, les processus de concassage de la nourriture, d’absorption et d’assimilation dans le corps auront lieu en douceur et les aliments nous apporterons de l’énergie. Ceux qui ne sont pas utiles seront éliminés via trois voies (malas) : urine, matières fécales, sueur.

Si agni est déficient, les composants des aliments ne sont pas bien digérés ni assimilés, ils restent dans le côlon et se transforment au fil du temps en une « substance hétérogène, nauséabonde et collante » que l’on appelle amatoxines.

Ces toxines sont absorbées dans le sang, pénètrent dans le système circulatoire et finissent par s’accumuler dans les endroits les plus faibles du corps. Elles encrassent et affaiblissent ainsi les organes ou les articulations et favorisent l’apparition de la maladie. Le Dr. Vasant Lad cite parmi les plus courantes l’arthrite, le diabète, les maladies cardio-vasculaires…

pas d'ama
Agni équilibré = peu ou pas de toxines

 

ama agni
Agni perturbé = toxines

 

Qu’est-ce qui déséquilibre agni ?

Nous avons chacun une constitution ayurvédique (Prakriti) qui nous est propre et qui réagit en permanence à notre environnement extérieur. Lorsque celui-ci est inadapté, que notre régime alimentaire ne nous convient pas, que notre mode de vie ne correspond pas à ce dont nous avons besoin ou que nous mangeons des aliments incompatibles, l’équilibre est rompu et agni se déséquilibre. Nos émotions et notre stress influencent aussi notre capacité de digestion.

 

 

Si par exemple vous prenez votre déjeuner en milieu d’après-midi (après 14h, quand Agni est faible), que vous mangez rapidement ou en trop grosse quantité, en pensant à vos soucis ou en discutant travail avec un collègue, il y a des chances que Agni ne parvienne pas à digérer la nourriture que vous avez prise. Le soir vous n’aurez probablement pas faim, signe que la digestion n’est pas terminée et ne se fait pas correctement.

 

Comment savoir si on a des toxines – Ama – ?

A moins que vous viviez loin de la société de consommation, que vous vous nourrissez uniquement de ce qui vient de votre jardin et que vous soyez complètement zen toute la journée, il y a peu de chance que vous n’ayez aucune toxine. Nous avons tous plus ou moins de déchets dans notre corps, ce qui importe c’est la manière dont notre organisme les gère : est-ce qu’il arrive à les éliminer correctement ou est-ce qu’elles s’accumulent ?

Quelques signes de la présence d’ama :

  • mauvais appétit, indigestions et troubles intestinaux
  • somnolence et lourdeur après le repas – fatigue générale même après une bonne nuit
  • ballonnements, les urines sont troubles, les selles jaunes ou très sombres, avec parfois du mucus, présence de gaz
  • la langue est recouverte d’une pellicule blanche le matin au réveil (voir le nettoyage de la langue pour mieux comprendre)
  • haleine et odeur corporelle déplaisantes
  • léthargie, dépression, mental confus, peu de motivation
  • courbatures ou douleurs dans les articulations, maux de tête

« La racine de toute maladie est ama. […] Ama se développe quand la fonction d’agni est retardée » Vasant Lad ; Ayurvéda science de l’auto-guérison.

 

Comment préserver son feu digestif ?

Entretenir agni est le meilleur moyen de prévenir et traiter la plupart des problèmes de santé. Le feu doit être entretenu pour qu’il ne s’éteigne pas (il doit pouvoir brûler les toxines), mais il faut aussi éviter qu’il s’emballe (s’il est instable ou trop fort, agni brûle de l’intérieur, peut provoquer de l’acidité sans pour autant faciliter la digestion). Un bon équilibre est à trouver et voici quelques clefs pour vous y aider.

  • Ne pas manger plus que nécessaire : l’estomac doit être plein seulement au 3/4 pour que les sucs digestifs puissent se mélanger correctement à la nourriture. Trop manger étouffe le feu digestif, autrement dit la quantité de nourriture est trop importante par rapport à notre production de sucs gastriques.
  • Mâcher : la 1ère étape de la digestion se fait dans la bouche, elle broie et sécrète les 1ers sucs digestifs (pré-digestion des amidons grâce à l’amylase). C’est dans la bouche que se fait le « bol alimentaire ». Ce mélange liquide va faciliter la suite de la digestion. Si on avale sans mâcher correctement, agni, va devoir non seulement faire son travail, mais en plus faire celui qui aurait dû être fait par la bouche ! Avec le temps il peut s’épuiser ou simplement être insuffisant (d’où la fatigue qui peut venir juste après un repas).
  • Manger lentement, détendu, consciemment : Les enzymes digestifs ne sont produits que si on ne sécrète pas d’adrénaline (le stress ralentit la circulation des enzymes digestifs ou cause un excès d’acide dans l’estomac)…
  • Buvez avant le repas, pas trop pendant : pour ne pas diluer les sucs digestifs.
  • Manger quand on a faim, une fois que le repas précédent a été digéré, en laissant entre 4 et 6 heures entre les deux. Le grignotage n’est pas terrible car il empêche que le système soit au repos et surtout on met le feu digestif « sur 2 fronts » : le repas précédent et l’en-cas.
  • Ne pas manger tard le soir : laisser 2 heures passer avant de se mettre au lit. Quand on s’endort, tout le système digestif se met au ralentit et il est moins efficace: on élimine moins bien les toxines ou quand on n’a pas faim, que l’on s’est énervé, contrarié ou stressé.
  • Ne pas boire ou manger des choses trop froides et trop raffinées.
  • Faire de l’exercice et pratiquer des postures qui activent / pacifient le feu digestif.

 

agni digestion ayurvéda

« Ce qui importe c’est ce que vous assimilez et non ce que vous absorbez. » Van Lysebeth

 

« Recettes » pour aller un peu plus loin…

Quand agni est trop faible (manda agni), cela crée de l’ama et entraîne des déséquilibres de type kapha comme la constipation, le manque d’appétit, les nausées, les lourdeurs, le surpoids, le manque de concentration...

candle-2038736_1920

 

Pour augmenter agni, on peut surtout :

    • utiliser des épices digestives : cumin, gingembre sec, fenugrec.
    • manger chaud et cuit (pas de salade, en ayurvéda le cru est trop lourd à digérer) des aliments de qualité, fraîchement préparés.
    • favoriser le salé et le piquant.
    • pratiquer un yoga adapté qui réchauffe.

En cas de difficultés à digérer, il existe aussi les mudras, ces gestes des doigts qui forment une sorte de sceau énergétique et qui travaillent sur les 5 éléments. La mudra Pushan fait de vrais miracles en cas d’indigestion ou de lourdeur

 

Quand agni est trop fort (tikshna agni), la nourriture est digérée trop rapidement, on a toujours faim, le feu est dévorant et brûle ce qui l’entoure. Ce qui peut produire de l’hyperacidité, des ulcères ou des inflammations.

agni digestion ayurvéda

 

Pour diminuer agni, on peut :

  • utiliser des épices digestives douces : cumin, coriandre, fenouil.
  • favoriser la saveur douce en évitant le piquant et l’acide.
  • pacifier son style de vie, trouver des moments de calme.
  • auto-massage à l’huile de coco.
  • pratiquer un yoga adapté qui détend et rafraîchit.

Ces conseils sont rudimentaires, pour plus de précision, n’hésitez pas à faire le point avec un praticien en Ayurveda qui vous guidera selon votre constitution et selon vos déséquilibres…

Si vous souhaitez pratiquer le yoga, voici une séance qui pourra activer le feu digestif.

 

Agni, le lien entre le système digestif et le cerveau

Vous l’aurez peut-être compris, pour préserver Agni il ne suffit pas simplement de surveiller son alimentation, il faut aussi prendre en compte votre rythme de vie, la manière dont vous mangez, l’heure habituelle de vos repas, l’humeur dans laquelle vous vous mettez à table etc…

digestion ayurveda

 

C’est là la grande richesse de l’Ayurveda : elle ne sépare pas le plan physique du plan psychique ou émotionnel. L’Ayurvéda prend en compte l’interaction constante qui existe entre le cerveau et l’appareil digestif, les pensées, les émotions, la personnalité… La science moderne l’a montré, nous avons des neurones dans notre intestin, ce que nous mangeons influence notre humeur et inversement. Un problème digestif n’est pas uniquement dû au dysfonctionnement d’un organe digestif qu’un médicament peut régler. Parfois, changer la quantité, l’heure du repas ou la manière de manger peuvent suffire à produire de grandes améliorations.

Ayurveda agni lyon
En Ayurveda, c’est bien de manger sain et heureux 🙂

 

Pour garder un bon Agni, il est donc important de faire non seulement attention aux aliments que nous absorbons (de bonne qualité, fraiche et peu raffinée), mais aussi aux sensations et émotions que nous entretenons. Sur ce dernier point, il est possible de lire l’article sur Pratyahara, une technique qui permet la maîtrise des sens pour ne pas se laisser submerger par les émotions négatives.

 

En vous souhaitant une bonne digestion 🙂

Namaste

mandala grand


A lire sur le sujet :

  • Ayurvéda, science de l’autoguérison ; Dr Vasant Lad, édition Guy Trédaniel.
  • La Santé par l’Ayurvéda ; Dr. David Frawley, édition Turiya
  • La Bible de l’Ayurvéda ; Anne McIntyre

7 réflexions sur “Le feu digestif – Agni

    1. Merci Rose pour votre commentaire, cela fait toujours plaisir 🙂

      Pour la constipation chronique, le travail sur le ventre (thataka mudra et uddiyana bandha) est en effet très efficace. C’est important cependant d’avoir vu les exercices avec un professeur avant, car ils sont assez forts et mieux vaut être sûr de ne pas se tromper pour que ça reste efficace.

      Si vous souhaitez améliorer le transit, il est aussi très intéressant de boire un verre d’eau tiède le matin à jeun (voir l’article sur les bienfaits de l’eau tiède si vous le souhaitez : https://yogasatya.fr/2018/05/31/les-atouts-sante-de-leau-tiede/) et de faire les exercices avec le ventre juste après. Cela fait circuler l’eau…

      Et puis si vous faites régulièrement du yoga, la posture de apanasana est excellente (tout comme apana mudra d’ailleurs). Apana est l’énergie « qui va vers le bas », c’est donc l’énergie qui favorise l’excrétion.

      Je vous souhaite une belle journée !
      Eugénie

      J'aime

Répondre à yogasatyafr Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s